Browsing Tag

Vintage

Actu mode, Parcours fashion

Chinons solidaire


Salon Emmaüs 2010. Image : DR

Dimanche, aura lieu la nouvelle édition annuelle du grand salon Emmaüs, du coté de la porte de Versailles.
Un nouvel exercice de style pour tous les Emmaüs et leurs équipes qui toute l’année récupèrent, remettent en état, réparent et vendent les objets et vêtements collectés.
Moyennant 3 euros à l’entrée et un lever matinal (je vous conseille d’arriver tôt et de faire la queue, le succès étant à la hauteur de l’événement), vous trouverez de jolis appareils photos vintage, de la vaisselle à fleurs, des vêtements en excellent état, des exemplaires anciens de Modes & Travaux, mais également des meubles, des accessoires de décoration, et, très réputé et dévalisé en moins d’une heure, le comptoir à vélos… Le tout à prix modestes (j’entends à des prix non parisiens)
Il y’a deux ans, j’y ai shoppé l’une de mes vestes préférées pour 6 euros et un vieux polaroïd à 2 euros…
Au total 150 boutiques Emmaüs seront réunies sur le site. Le total des fonds permettra de financer trois programmes de solidarité en Amérique latine… Que puis je ajouter si ce n’est vous encourager à la dépense (allez, pour une fois) ?

Just me myself and I, Parcours fashion

Dans mon quartier

marchepopincourt_3_motsdemode

Il y a quinze jours de cela, motivée par le post d’Amélie aka Foley, je suis allée faire un tour du coté du marché Popincourt. J’avais repéré les lieux sur internet, mais n’avais jamais pris le temps d’aller m’y perdre… En fait ,c’est à peine à un quart d’heure de chez moi à pieds. Je me demande encore pourquoi j’ai mis tant de temps à y aller…

Le quartier du marché Popincourt regorge de jolies boutiques de mobilier vintage, des bric à brac, des brocantes, des petites cavernes d’ali baba pour qui cherche des objets de déco, des meubles mais également des accessoires ou de la vaisselle de l’époque de nos grand-mères.
Certaines boutiques valent le détour, en particulier, la plus grande d’entre elles, Chez Belle Lurette, où j’ai repéré de jolis gants en cuir blanc, des coupes à champagne en cristal et deux sièges art déco…

J’ai terminé l’après midi chez Al Taglio, où l’on peut manger des pizzas excellentes, (pres de 30 recettes différentes qui tournent chaque jour), vendues au poids. Un haut lieu recommandé par Nanikaa

J’ai repéré sur le chemin un charmant salon de thé, Figues et Chataîgnes, qui vient d’ouvrir où les cakes et la sélection de gâteaux m’ont fait de l’oeil. Pour une prochaine escapade…

Marche_popincourt_2_fevrier10_motsdemode

marche_popincourt_2_motsdemode

marche_popincourt_altaglio_motsdemode

Rue du Marché Popincourt. Rue de Nemours. Rue Ternaux. Paris 11ème.
Al Taglio. 2 bis rue Neuve Popincourt. Paris 11ème.
M° Saint Ambroise ou Parmentier.

Humeur de mode, Just me myself and I

Pink Flamingo

Si vous suivez ce blog depuis déja quelques temps, vous avez du remarquer que mes styles perso y sont rarement présentés, limite inexistants.

Sans compter que les personnes que j’autorise à me photographier se comptent sur les doigts d’une seule main. Parmi elles, Chrystèle, ma fée, dont je ne cesse de vous faire l’éloge…

Nous avons passé un moment délicieux à la campagne tout près de Paris en ce mardi férié, et alors que l’heure du dîner approchait à grands pas, ni une ni deux, nous avons pris le chemin d’un mini shooting dans la nature… J’avais un peu prévu le truc, et j’avais emporté dans mon gym bag les dernières pièces que j’affectionne. Aucun vêtement de la saison ne m’avait donné jusqu’alors autant de satisfaction que ces ‘it’ de la saison et des prochaines…
En voici les deux extraits illustrés.

Débardeur American Apparel, Gilet vintage Freep'star, Carrot pant Bershka, Gladiator Andre

Débardeur American Apparel, Gilet vintage Freep'star, Carrot pant Bershka, Gladiator Andre

Sweat American Apparel, Carrot Pant Bershka, Gladiator Andre

Sweat American Apparel, Carrot Pant Bershka, Gladiator Andre

Bisous !

Pics by La Fée.

Just me myself and I

Chai tea latte girl

blktietank1_regular
Top Sharon Buncher, OAKNYC

Encore un billet décousu du dimanche soir. Ma spécialité en ce moment…

Il est 23h et j’ai envie d’un mocha blanc, ou d’un caramel macchiato… Je suis starbuckisée à mort en ce moment et ça devient problématique… Vous me direz : il suffit de passer devant sans s’arrêter, non ? Oui mais sur le chemin de mon nouveau job, je suis OBLIGEE de passer devant. Et j’ai toutes les peines du monde à résister ? Accueil pas sympa, ambiance moche, clients no look, les adjectifs ne manquent pas pour décrire toutes les raisons qui devraient m’en éloigner… Et pourtant. Je suis bonne pour les S.A : les Starbuckers anonymes.

Sinon, en allant sur le blog de Rumi, j’ai découvert celui de Molly. Et grâce à elle, je viens de perdre 332$ sur mon compte en banque pendant quelques secondes… C’est le prix déraisonnable de ce top noir Sharon Brunsher en vente ici.

What else ?

Hyères c’est demain (ouais bof bon…). Je m’était promise d’aller faire un saut cette année pour humer l’air des prochains espoirs modesques. Mais ce ne sera pas encore pour cette fois-ci…

Ah! Au fait, je suis en train de terminer mes articles de bonnes adresses pour le supplément mode d’un news, qui devrait paraître le mois prochain, mais on en reparlera… Le bon point, c’est qu’il m’a permis de (re)découvrir de toutes nouvelles boutiques, et notamment fripes et vintage. Il faut absolument que je poste un billet sur ce sujet. Le vintage est en train de devenir une véritable addiction pour mon porte monnaie. Et un véritable business à Paris. C’est bien simple. N’importe quelle fermeture de boutique aujourd’hui se solde par une réouverture de boutique vintage à la place. Le salon du vintage a parait-il fait salle comble, les brocantes et les vide greniers fleurissent de portants de robes couture et de chaussures rétro, il est de bon aloi de posséder un Chanel vintage plutôt qu’un neuf… J’exagère ? A peine… Nous en rediscuterons très prochainement.

En attendant, je vous invite à découvrir le blog qu’un ami vient de lancer ici. Peut être le croiserez vous bientôt dans les rues de Paris ? Good luck Clément !

Bises !

PS : allez donc voir « in the Electric Mist »de Bertrand Tavernier. Les décors de la Nouvelle Orléans abimés par l’ouragan Katrina sont d’une beauté absolue, et la chaleur qui régnait pendant le tournage traverse l’écran jusqu’à vous…

Mode Soldes et Bons plans

Système D

En ces temps de vaches maigres, il va falloir la jouer système D pour continuer à faire sa modeuse et dénicher les bons plans.
En voici un pour ce week end :

surplus-fr

Et suivre le proverbe qui dit : un APC en surplus vaut mieux que 10 Sandro tu l’auras.

Et sinon, il y a un vide grenier dimanche cours de Vincennes,la bas loin dans l’est parisien… J’y serai, avec 300 autres dingues comme moi prêts à se lever à 5h du mat pour vendre mazagrans, vaisselle fêlée, échantillons de parfums et autres téléphones vintages…

Si vous voulez partager mes deux mètres de trottoir avec moi, n’hésitez pas ! Y aura du thé en thermos et des clémentines.

Dernier mauvais plan pour ma cb et la vôtre, pardon d’avance bon plan, mais il faudra patienter jusqu’à la semaine prochaine : notre Gaspard préféré fait ses ventes de presse rue Charlot, avec ses amis Kokontozai, Christophe Lemaire et Philippe Roucou (des sacs à mourir tellement ils sont beaux et pas chers). Rendez vous 38 rue Charlot du 13 au 15 novembre.

Allez, j’y retourne, bisous !

Uncategorized

Autant en emporte la mode vintage…

 

Mauvais jeu de mots pour faires les présentations.

– Scarlett, la fashion blogosphère.
– La fashion blogo, je vous présente Scarlett !!!

Scarlett, c’est une grande dame du vintage.
Voilà quelques semaines, elle a osé, elle a carrément lancé une boutique sur le site de 24h00, où elle propose les pièces uniques de sa boutique vintage.

Scarlett, est une véritable référence en matière de vintage de luxe. Les plus parisiennes d’entre vous connaissent certainement sa boutique de dépôt-vente basée du côté de l’avenue Montaigne. Elle sélectionne de véritables trésors, des pièces exceptionnelles, griffées Yves Saint-Laurent, Hermès, Chanel, Valentino et bien d’autres : pour les modasses qui veulent s’offrir une perle rare et chère, c’est une véritable caverne d’Ali baba.

Lancer une telle boutique sur le net, est une première. Sauf erreur (et vous voudrez bien me corriger dans ce cas), je ne connais pas de boutiques en ligne où l’on puisse trouver d’aussi jolies pièces.
J’aurai bien pensé à un Didier Ludot ou à une Anouschka, que j’admire tout particulièrement, mais niet, nada, rien, pas une boutique vintage de luxe online à l’horizon.

Alors, allez donc vous rincer l’oeil, et dites moi ce que vous en pensez… Je passerais bien faire un tour à sa boutique, tiens !

Pour en savoir plus sur Scarlett, checkez l’interview sur le site de 24h00 !

Pour les aficionados et les filles aux yeux de lynx qui aiment farfouiller dans les portants des dépots-vente :

Boutique Scarlett
10 rue Clément Marot, 75008 Paris

Boutique Didier Ludot
Jardins du Palais Royal
Rue de Valois, 75001 Paris

Anouschka
6 passage du Coq
75009 Paris

Parcours fashion, Portrait de mode

En passant par la rue de Charonne avec mes spartiates…

Cette semaine, j’ai vu deux trois boutiques qui m’ont fait un méchant appel du pied.

Parmi elles, la désormais incontournable boutique des French Trotters, que l’on connait toutes, tellement on l’aime. Sélection pointue, accessoires désirables, accueil adorable. La rumeur dirait que de nouveaux projets les animent… A suivre…

Et puis, Delphine Pariente. Vous vous rappellez certainement d’elle… Elle avait lancé sa marque dans les années 90, des sacs à typo XXL en strass, des accessoires et des bijoux. Elle possédait même sa propre boutique (ouverte en 1999) à deux pas de la place des Vosges, et s’exportait un peu partout dans le monde.

Puis changement d’envies, de vie, elle troque la casquette de chef d’entreprise, contre celle de créatrice à plein de temps. Comme moi, vous aviez peut-être eu le plaisir de revoir quelques jolies créations signées de sa main chez nos amis French Trotters…
Elle se fait un peu oublier… pour revenir plus inventive que jamais avec une nouvelle boutique à son image, plus proche du cabinet de curiosités et de la maison de poupée que du concept-store.

Au moment où j’entre dans la boutique, Delphine est au téléphone. Elle raccroche quasi instantanément.
Lorsque je rentre dans une boutique, j’ai horreur que la vendeuse continue de faire comme si je n’étais pas là ou poursuive sa conversation sans me prêter attention. Pour moi, c’est la moindre des politesses…

Dans cette boutique, est un peu beaucoup passionnément chez elle… Lorsqu’elle vous parle, Delphine a la voix douce et posée. Elle vous regarde, elle est attentive.
Elle chine comme si c’était pour elle. Des pièces uniques, chinées ici et là, vintage ou issues des dernières collections.

Du Sandro ??? Oui mais une seule pièce et une seule taille, issue de la sélection presse et jamais commercialisée.
Du Chloé ? Oui mais que vous ne trouverez nulle part à priori.
Et ce sac en vitrine ? on dirait un Barbara Bui ? Oui. Il provient de la même usine de fabrication. Du cuir italien véritable…

Elle vient justement de refaire ses vitrines. Les vêtements et les accessoires sont posés à même le sol.
Je suis désolée, tout est sens dessus dessous…

Ah bon ??? Pour ma part, cela fait justement tout le charme de cette boutique-atelier. Mon oeil s’arrête sur les bijoux, les poupées, les chaussures, les robes pailletées, les chaussures… Delphine peut vous expliquer l’origine et l’histoire de chaque pièce et vous en faire l’article, en y mettant tout son amour. Elle va même jusqu’à customiser certaines d’entre elles et leur apporte ainsi sa touche personnelle.

J’ai eu de la chance, en quelque sorte… (enfin surtout mon banquier…), j’avais un rendez-vous à deux pas de là, et j’ai dû filer dare dare.
Mais je ne songe qu’à une chose depuis lundi, c’est repasser par ici et craquer peut-être… sûrement.

Delphine Pariente
30 rue de Charonne, 75011 Paris