Browsing Tag

Villa Noailles

Satu_Maaratanen_Hyeres 2013_mots_de_mode_nardjisse_ben_mebarek
CITYGUIDE, Culture mode, En vacances à..., STYLE

Hyères #2 : Hyères 2013

J’en ai mis du temps à revenir vers vous au sujet de mon séjour à Hyères, mais le temps justement m’a manqué.
J’avais très envie de débriefer de Hyères avec vous… Hyères ? Oui le Festival de la mode et la photographie créé par Jean Pierre Blanc, et qui se tient chaque année au printemps, quand il fait beau et que les couleurs jaillissent dans les rues.

Continue Reading

Actu mode, Découverte Mode, En vacances à...

Helvetica

EmilieMeldem_5631
Collection d’Emilie Meldem, Hyères, 2011. Image : motsdemode

Emilie Meldem fut un coup de coeur visuel et graphique. Jamais une collection aussi peu portable ne m’avait touchée à ce point (moi the basics queen).
Peu portable et néanmoins empreinte de codes modesques familiers : le beige, la cape, le cuir naturel… Elle profite de la nouvelle édition de ce Festival pour faire preuve de son audace et se lancer dans l’excentricité (ce qui n’est pas tellement le fort de Suisses, il faut le reconnaitre). Elle réinterprète les codes de la Suisse et met en lumière ses paradoxes de modernité et de tradition bien ancrée.

Déja lauréate sur ses terres du Swiss Design Award, miss Meldem remporte ici un prix de principe (en effet, Marie nous rappelle que la mention spéciale du Jury n’est pas financièrement primé) qui nous l’esperons lui permettra de se lancer in the real life of fashion.
A un moment, les prix suffisent, cette activiste – par ailleurs auteur d’un chouette manifeste présentant son oeuvre pour Hyères – mériterait de passer à la prochaine étape : le business.

Actu mode, Découverte Mode

Blancheur et voluptés

motsdemode_célinemeteil
Collection de Céline Méteil, Hyères 2011. Image : motsdemode

Céline Meteil a remporté le Prix coup de coeur du public du Festival et le prix Première Vision (vous comprendrez rapidement les raisons qui lient son travail à ce salon de tissus). Sa collection ne m’a pas touchée, mais je comprends qu’elle ait pu remporter l’adhésion du public.
Constituée de robes blanches, cliniques, elle est lisible, agréable, bien construite et repose sur l’utilisation d’un seul matériau : le jaconas, une toile de coton légère, plutôt utilisée pour les essayages, et qu’elle a détourné en robes d’été très structurées. De mon point de vue, la collection manque un peu d’audace et d’un peu de piquant. Elle aurait pu jouer avec les couleurs, sans rien enlever à son travail de construction…

Culture mode, En vacances à...

Hyères encore

jang_ina_2-motsdemode
Ina Jang, Onigiri, 2009

Pour faire suite à mon précédent post, Hyères, ce n’est pas qu’un festival de mode, c’est également un formidable lieu de découvertes photographiques qui distingue des talents émergents.

Parmi les valeurs montantes sélectionnées cette année, également au nombre de 10, comme pour la mode, j’ai repéré les travaux minimalistes de Ina Jang, jeune photographe new-yorkaise d’origine coréenne et les autoportraits d’Anouk Kruithof, hollandaise résidant à Berlin.
Comme pour la mode, la photographie a réuni un jury de haut vol : Tom Watt, de Art Review, Faye Dowling de Dazed & Confused ou Marc Feustel, d’Eyecurious, un blog plutôt tourné vers la photographie japonais, mais pas que… Une riche découverte !

Si les prix en jeu coté mode sont conséquents et chiffrables (2 prix d’une valeur de 25 000 euros pour les deux stylistes lauréats), le prix de la photographie n’en est pas moins excitant, puisqu’il s’agit d’une année de scolarité à la School of Visual Arts de New-York (une école réputée pour ses illustrateurs et ses cartoonists), qui pour l’anecdote people, a accueilli dans ses murs le comédien – fraichement distingué par son statut d’égérie du parfum Hugo – Jared Leto.

Et maintenant, direction la Villa Noailles, afin de découvrir cette nouvelle édition ! xxx

Actu mode, Culture mode

Hyeres we are

Yiqing Yin - Image : mo(ts)demode

Yiqing Yin - Image : mo(ts)demode

Hyeres est une expérience visuelle unique. Non seulement du point de vue de la mode et des images qui y sont exposées, mais également de toute la scéno qui prend vie  (exposition photo, video, performance visuelle, création éphémère…) au coeur de la Villa Noailles, un lieu d’exception perché sur les hauteurs de Hyères qui par ailleurs ( …à Hyères ) est joli mais sans plus je dois dire (à l’exception de l’oranger croisé à deux pas de la station de taxi, spécial dédicace à Christian).

En tout cas, j’ai eu un véritable coup de coeur (déja pressenti à Paris) pour le travail de Yiqing Yin (diplômée des Arts Deco et Grand Prix de la Création de la Ville de Paris en 2009), et découvert celui d’Alexandra Verchuren (une jeune diplômée de la Royal Academy of Fine Arts d’Anvers) tout aussi intéressant quoique plus étonnant…

A très vite avec plus d’images. Dimanche, dernier jour et défilé final suivi de la remise des prix…

Découverte Mode, Mode été 2008, Parcours fashion

Do-ré-mi… Fasoli


Sandrina Fasoli, Automne-hiver 2008/2009

Non je n’irai pas à  Hyères le week-end prochain…
Oui, j’assume, je contrôle d’ailleurs… je suis déjà au volant de ma caisse, direction les Abbesses, où j’ai rendez-vous avec l’homme que l’on nomme…
Non, je ne suis pas déçue du tout je suis verte j’avais super envie d’aller enfin visiter ce fashion spot ! Ricardo m’a pourtant suppliée de venir, mais je n’étais pas dispo ouh la menteuse.
Cela ne m’empêchera pas d’en parler dans un prochain billet… sans doute.

En attendant, j’avais envie de vous parler d’un coup de coeur sur une marque de créateurs belge repérée dans le dernier Nico Mag : Sandrina Fasoli.

Sandrina Fasoli, comme son nom ne l’indique pas, c’est un duo de stylistes diplômés de la Cambre : Michael Marson et Sandrina Fasoli.
Depuis, leur talent n’est visiblement pas passé inaperçu : passés par Hyères (tiens, tiens) au cours duquel ils se sont vus remettre le Grand Prix du Festival des Arts de la Mode en 2003, ils ont remporté l’an dernier, le Mango fashion awards.

J’ai pour ma part, craqué sur le style de leurs collection un brin romantique, mais pleinement dans la modernité.

Sur la collection du Printemps/été, Memories on eyes, ils ont tout bon !
La robe fait sa star (il faut dire que c’est peu l’incontournable de la saison, non ?).

Question code, no fluo, no logo. Mais des tonalités aux accents de Vanessa Bruno.
Place aux tons neutres et basiques (noir, palettes de blancs et de gris) poudrées, jeu de voiles, de transparences et de superpositions subtiles…

Je m’y vois déjà : Je prends tout Mademoiselle, vous voudrez bien avoir la gentillesse de me préparer mes paquets ?
En attendant ce jour béni où je serai une riche héritière dont le seul job sera de dépenser son argent dans les boutiques hype des capitales zinternationales, voici une sélection des mes silhouettes préférées. Le mannequin me fait penser à Cécile Cassel : frenchie, modeuse, rétro, naturelle…
Si j’avais pu, je vous aurais tout montré, j’aime tout !

Bon week-end !

Sandrina Fasoli est en vente à Paris, chez Shimji (7 rue du Perche, dans le 3è) et chez Icon, à Bruxelles.
Plus d’infos sur Sandrina Fasoli
91 Rue Marché au Charbon, Bruxelles

Hyeres : on en parle sur Libération et sur le site du Festival bien sûr !