Browsing Tag

Oh Hyeres

Kenta Matsushige
CITYGUIDE, Découverte Mode, STYLE

10 bonnes raisons d’aller au Festival de la mode et de la photographie de Hyères cette année

L’an dernier, j’étais une toute jeune maman, impossible pour moi de me déplacer. Du 23 au 26 avril, le Festival International de la Mode et de la Photographie de Hyères lancera sa nouvelle édition. Voici mes 10 bonnes raisons d’y aller cette année :

1. Le Festival fête ses 30 ans. Un cap pour ce rendez-vous qui a le vent en poupe depuis 5 ans environ (auparavant, il n’intéressait guère que les blogueurs, la presse locale et les notables de la région). Un anniversaire sous le signe de la fête, de la mode et de l’image animé par des expositions dédiées et des rencontres professionnelles hyper excitantes (Instagram animé par Jessica Michault !). Pour info, ce festival a vu naître quelques « petits noms » de la mode : Viktor&Rolf, Gaspard Yurkievich, Felipe Oliveira Baptista, Anthony Vaccarello…
2. Jean-Pierre Blanc, son fondateur, directeur de la Villa Noailles, est un activiste de la mode. Un vrai Robin de Bois qui a su oeuvrer pour construire un Festival de mode sur le plan international, et soutenir la jeune création en lui apportant des moyens, un réseau et des partenaires afin de lui permettre d’émerger.
3. Un lieu magique comme espace d’expression : la Villa Noailles, conçue par Robert Mallet-Stevens à la demande de Marie-Laure et Charles de Noailles. L’occasion de réviser vos classiques de l’architecture contemporaine.
4. Comme tout rendez-vous de la profession, c’est l’occasion ou jamais de se montrer et de montrer sa garde-robe. En blouson signé Jour/né et chaussé de nos Superstar bubblegum (talons de 12 dans le sac, l’accès à la Villa Noailles se mérite !).
5. Un partenaire de taille : Chanel ! Un clin d’oeil impertinent au LVMH Prize ?

Image tirée de l’exposition de Cécile Bortoletti, consacré aux 30 ans du Festival
cecile_bortoletti_004
Le lauréat de l’an dernier, Kenta Matsushige, présentera sa nouvelle collection au festival
kenta_matsushige_003

6. Un jury de pointures qui invite au name dropping : Virginie Viard, Carine Roitfeld, Loïc Prigent, Olivier Zahm, La Princesse Caroline de Hanovre… Digne d’un front row !
7. Je vous parle de mode mais le festival c’est aussi un rendez-vous incontournable des professionnels de l’image, qui consacre une partie de son espace aux talents émergents de la photographie. Perso, je craque pour le travail sur le paysage urbain de la photographe anglais Pooly Tootal, qui me rappelle par instant les images de Stephen Shore.
8. On ne va pas se mentir : ce festival, c’est aussi l’occasion de faire un break. On vit au ralenti pendant 4 jours, on parle de mode, on lézarde sur la pelouse de la Villa Noailles, on dîne en terrasse le soir, on fait la fête en bord de mer… C’est un peu une dolce vita hyeroise.
9. Ce festival, c’est également l’occasion de découvrir les créateurs de la région. Parmi eux, je vous recommande chaudement de prendre un instant pour rencontrer mon amie Charlotte qui a fondé sa marque d’accessoires Maison Chacha.
10. Last but not the least, si comme moi, vous louez un véhicule pour l’occasion, je ne peux que vous recommander de vous échapper une 1/2 journée à St Tropez (destination chère à Karl !) ou à Porquerolles et découvrir la beauté de ces deux adresses hors saison.

Deux comptes Twitter à suivre pendant le Festival : @LoicPrigent @Oh_hyeres – Retrouvez moi également sur @Instagram et sur @Snapchat

(Image : la silhouette du gagnant du festival 2014 Kenta Maatsushige, photographiée par Anna Orlowska)

crédit photo : Saskia Lawaks, Facescoop
Fashion week & Salons, Marketing et Storytelling, STYLE

Hyères Festival x Kenzo : le joli festival de mode des grandes marques ?

… Oui cela pourrait être quasi une collab tant l’implication des directeurs artistiques de Kenzo, Carol Lim & Humberto Léon, est mise en avant dans cette prochaine édition du Festival de la Mode et de la Photographie de Hyères, qui se déroulera du 25 au 28 avril prochain.

Avantage majeur : la médiatisation. Retournons 4 ans en arrière, le festival avait déja presque 20 ans, et il y régnait une atmosphère quasi familiale. Jean-Pierre Blanc ramait pour obtenir des sponsors, faire financer les défilés, soutenir les créateurs en compétition, rémunérer ses équipes.
2014 : le duo créatif de Kenzo débarque et parraine la nouvelle édition. Une soirée shootée par Say Who ou Didier Grumbach trinque avec Carol et Humberto célèbre cette union.Chloé Sévigny compte parmi le jury. Et last but not the least, Chanel annonce son soutien au festival en finançant un prix.

2014_02_Style_2_350x2014_02_Style_1yuliayefimtchuk_350x
Silhouettes en compétition : Yulia Yefimtchuk (Ukraine) et  Kenta Matsushige (Japon). Images : The Stimuleye.

Alors que j’y vois un certain nombre de qualités (plus de visibilité pour les jeunes créateurs et les photographes, plus de moyens pour les organisateurs, plus de public assistant au Festival, donc plus de business pour la région), j’y vois aussi une nouvelle ère pour le Festival, moins ouvert, plus élitiste, plus cadré.
C’est évidemment une très bonne nouvelle et une véritable reconnaissance pour le travail de Jean-Pierre Blanc, de la Villa Noailles et du 2ème Bureau, mais le festival n’est il pas en train de se transformer en une opération de brand content pour Kenzo (Chanel, Galeries Lafayette…) ?
Kenzo a désormais mis un pied dans la mode et le brand content, notamment culturel, en lançant par exemple le magazine artistique et décalé Kenzine, en association avec ToiletPaper, le mag arty de Maurizio Cattelan & Pierpaolo Ferrari.

Je lisais ce week-end l’interview des frères Karmitz (les héritiers MK2) qui exprimaient leur point de vue sur leur relation aux marques (notamment dans l’opération Cinéma Paradiso) et leur volonté d’apporter une nouvelle dimension au cinéma de papa, en y intégrant une nouvelle dynamique avec les annonceurs, pour apporter une expérience différente au public (et accessoirement financer l’entreprise autrement que par les tickets d’entrée) qui intègre le cinéma comme une mode de vie réunissant un restaurant, un club, un bar, des boutiques… C’est aussi, sans doute, ce qui leur permet de rester un groupe indépendant. Les deux frères viennent d’ailleurs de lancer 2 salles de cinéma – Madame et Mademoiselle Cinéma – au Palais de Tokyo.

Du coup, la question que je me pose est la suivante : à l’heure où les marques revendiquent leur savoir-faire et leur storytelling en créant du contenu culturel (ex : : l’exposition N°5 de Chanel au Palais de Tokyo, l’exposition Nect’art de Guerlain ou dans un autre genre, les interviews de Garance Doré pour le lancement de Kering) ou en créant leur propre prix (LVMH prize) restera t-il encore des événements ou des rendez-vous dans la mode ou la culture déconnectés de tout partenariat de marque ?

(portrait Carol Lim & Humberto Leon, crédit : Saskia Lawaks, Facescoop)

deRaucourt_Marion_Souders
Actu mode

Hyères oh Hyères

La nouvelle édition du Festival de la Mode et de la Photographie de Hyères démarre demain.

Chaque année, c’est une véritable excitation. Et bien que j’ai manqué la dernière édition, j’ai l’impression de partir en pèlerinage rituel modesque !

Trèves de plaisanterie. Cette année, comme les fois précédentes, le jury est d’une grande qualité : Felipe Oliveira Baptista en président du jury,  Paula Reed (Directrice de la mode d’Harvey Nichols), Delphine Roche (Numéro), Floriane de Saint Pierre (Chasseuse de têtes) et belle surprise : Imran Amed, le créateur de Business of Fashion > le digital est dans la place !
Les finalistes sont de tous horizons. La France quant à elle est « représentée » par Marion de Raucourt qui présentera une collection femme…

Pour me suivre pendant le festival, rendez vous sur mon compte twitter @motsdemode et sur le compte @oh_hyeres. Eh oui, Hyères, c’est déjà demain…


(Silhouette de Marion de Raucourt, finaliste Hyères 2013)

 

Actu mode, Découverte Mode, En vacances à...

Helvetica

EmilieMeldem_5631
Collection d’Emilie Meldem, Hyères, 2011. Image : motsdemode

Emilie Meldem fut un coup de coeur visuel et graphique. Jamais une collection aussi peu portable ne m’avait touchée à ce point (moi the basics queen).
Peu portable et néanmoins empreinte de codes modesques familiers : le beige, la cape, le cuir naturel… Elle profite de la nouvelle édition de ce Festival pour faire preuve de son audace et se lancer dans l’excentricité (ce qui n’est pas tellement le fort de Suisses, il faut le reconnaitre). Elle réinterprète les codes de la Suisse et met en lumière ses paradoxes de modernité et de tradition bien ancrée.

Déja lauréate sur ses terres du Swiss Design Award, miss Meldem remporte ici un prix de principe (en effet, Marie nous rappelle que la mention spéciale du Jury n’est pas financièrement primé) qui nous l’esperons lui permettra de se lancer in the real life of fashion.
A un moment, les prix suffisent, cette activiste – par ailleurs auteur d’un chouette manifeste présentant son oeuvre pour Hyères – mériterait de passer à la prochaine étape : le business.

Actu mode, Découverte Mode, En vacances à...

Bloomy

Maryam_5737

Collection de Maryam Kordbacheh, Hyères 2011. Image : motsdemode

La créatrice Maryam Kordbacheh a concouru à Hyères avec une collection féminine et délicate. Lors de la présentation, j’apprends qu’elle a travaillé pour chaque silhouette avec un seul morceau de tissu. Son travail me rappelle Vanessa Bruno ou Paule Ka, un peu d’Anne Valérie Hash… Ce festival, c’est un superbe moyen d’entrer dans la lumière… Je lui souhaite de trouver une issue pour être commercialisée. Si son travail n’est pas nouveau, il est définitivement de qualité.

Actu mode, Découverte Mode

Blancheur et voluptés

motsdemode_célinemeteil
Collection de Céline Méteil, Hyères 2011. Image : motsdemode

Céline Meteil a remporté le Prix coup de coeur du public du Festival et le prix Première Vision (vous comprendrez rapidement les raisons qui lient son travail à ce salon de tissus). Sa collection ne m’a pas touchée, mais je comprends qu’elle ait pu remporter l’adhésion du public.
Constituée de robes blanches, cliniques, elle est lisible, agréable, bien construite et repose sur l’utilisation d’un seul matériau : le jaconas, une toile de coton légère, plutôt utilisée pour les essayages, et qu’elle a détourné en robes d’été très structurées. De mon point de vue, la collection manque un peu d’audace et d’un peu de piquant. Elle aurait pu jouer avec les couleurs, sans rien enlever à son travail de construction…

Actu mode, Découverte Mode, En vacances à...

White Swan

Mads Dinesen_motsdemode
Mads Dinesen, Hyères 2011. Image : motsdemode.

Le travail du créateur danois Mads Dinesen autour du noir et du blanc était tout simplement dingue. Il a voulu explorer les origines coloniales de son pays natal en décrivant à sa manière ce qui caractérise le désaveu autour de l’histoire de son pays… Lors du défilé des créateurs, il a pour ainsi dire créé la surprise et l’étonnement en masquant le visage de certains de ses mannequins de perruques de cheveux fins, ou de manière plus spectaculaire en utilisant un cygne blanc empaillé…

Culture mode, En vacances à...

Erwin

Blumenfeld Hyeres

Blumenfeld fut un précurseur question photographie de mode. Il a pour ainsi dire été le batisseur de l’image de mode suivi rapidement par d’autres génies plus connus voire reconnus, tels Bourdin ou Avedon. Il a trouvé et créé des concepts d’image qui n’existaient pas… Nous étions dans les années 40 et 50… Un génie dont le travail est encore mal connu du grand public.
Une véritable découverte pour moi.

Actu mode, Découverte Mode, En vacances à...

Première impression

Lea Peyckre
Silhouette de la créatrice Lea Peycre @ Hyères 2011. Image : motsdemode

Les premières impressions sont souvent les bonnes, y compris lorsqu’il est question de mode…
Rapport à mes coups de coeur présentés rapidement ici sur cette nouvelle édition du Festival. Les avoir découvert ‘IRL’ me l’a confirmé…
Petit break avant l’ouverture officielle…
A plus tard !

Culture mode, En vacances à...

Hyères encore

jang_ina_2-motsdemode
Ina Jang, Onigiri, 2009

Pour faire suite à mon précédent post, Hyères, ce n’est pas qu’un festival de mode, c’est également un formidable lieu de découvertes photographiques qui distingue des talents émergents.

Parmi les valeurs montantes sélectionnées cette année, également au nombre de 10, comme pour la mode, j’ai repéré les travaux minimalistes de Ina Jang, jeune photographe new-yorkaise d’origine coréenne et les autoportraits d’Anouk Kruithof, hollandaise résidant à Berlin.
Comme pour la mode, la photographie a réuni un jury de haut vol : Tom Watt, de Art Review, Faye Dowling de Dazed & Confused ou Marc Feustel, d’Eyecurious, un blog plutôt tourné vers la photographie japonais, mais pas que… Une riche découverte !

Si les prix en jeu coté mode sont conséquents et chiffrables (2 prix d’une valeur de 25 000 euros pour les deux stylistes lauréats), le prix de la photographie n’en est pas moins excitant, puisqu’il s’agit d’une année de scolarité à la School of Visual Arts de New-York (une école réputée pour ses illustrateurs et ses cartoonists), qui pour l’anecdote people, a accueilli dans ses murs le comédien – fraichement distingué par son statut d’égérie du parfum Hugo – Jared Leto.

Et maintenant, direction la Villa Noailles, afin de découvrir cette nouvelle édition ! xxx

Actu mode, En vacances à...

Hyères we come

lea_peckre1 - yann Gross

Lea Peckre – Image : Yann Gross

Comme l’an dernier, c’est un train entier de modeux et modasses et autres professionnels de la mode qui se dirigera vers Hyères, capitale de la mode pendant 4 jours, le temps de lancer la nouvelle édition du Festival de la mode et de la photographie.
Cette année, 10 nouveaux finalistes se cotoieront dans les murs de la Villa Noailles… J’ai déja en tête quelques favoris : les françaises Lea Peckre et et Céline Méteil, et la néerlandaise Maryam Korbacheh. J’ai hâte de pouvoir approcher leurs créations…
Cette année, le jury est une équipe d’exception (chaque année qui passe me donne l’impression d’une certaine surenchère, le jury prenant du galon session après session). Présidé par Raf Simons, il sera notamment composé de Christopher Kane, Proenza Schouler, Cathy Horyn, Carla Sozzani, Floriane de Saint Pierre ou encore Michel Gaubert…

Voila, à très vite pour la suite – et notamment pour la photographie, en concours également aux cotés de la mode – d’ici là, voici quelques infos pratiques… Vous pouvez nous suivre sur twitter et nous préparons également un tumblr et peut être d’autres surprises…

Cette année, le festival s’est également doté d’un twitter, à suivre ici et d’un teaser… Enjoy !

Actu mode, Culture mode

Hyeres we are

Yiqing Yin - Image : mo(ts)demode

Yiqing Yin - Image : mo(ts)demode

Hyeres est une expérience visuelle unique. Non seulement du point de vue de la mode et des images qui y sont exposées, mais également de toute la scéno qui prend vie  (exposition photo, video, performance visuelle, création éphémère…) au coeur de la Villa Noailles, un lieu d’exception perché sur les hauteurs de Hyères qui par ailleurs ( …à Hyères ) est joli mais sans plus je dois dire (à l’exception de l’oranger croisé à deux pas de la station de taxi, spécial dédicace à Christian).

En tout cas, j’ai eu un véritable coup de coeur (déja pressenti à Paris) pour le travail de Yiqing Yin (diplômée des Arts Deco et Grand Prix de la Création de la Ville de Paris en 2009), et découvert celui d’Alexandra Verchuren (une jeune diplômée de la Royal Academy of Fine Arts d’Anvers) tout aussi intéressant quoique plus étonnant…

A très vite avec plus d’images. Dimanche, dernier jour et défilé final suivi de la remise des prix…