Browsing Tag

Dior

BEAUTE, Beauté & Futilités

Ou il est question de vernis

Essie Manucurist_motsdemode
Vernis Lollipops Essie, Vernis Orange Psychédélique Dior

L’été approche, pour moi à cette saison c’est opération manucure.
Si la coquetterie n’est pas mon truc, je suis une fan de vernis et de séances de manucure. Budget oblige, j’y mets les pieds (et les mains) une fois par mois quand il faut beau.
Cette semaine, rendez vous est pris chez Manucurist au Printemps Haussmann.
Accueil un peu froid au premier abord (dû probablement au fait qu’elles sont en stand ouvert, et que tous les touristes les prennent pour le point info/toilettes du Printemps de la beauté), je choisis mon vernis et je règle direct l’addition (38€) histoire d’avoir les mains libres à la sortie. Je manque de défaillir quand elle m’annonce le prix, j’avais dans l’idée le prix de ma manucure au salon de mon quartier (en gros la moitié et le siège massant en moins)…
Va falloir qu’elle assure la dame ! Je confirme : lime, soin des cuticules, polissage, gants de crème émolliente, massage des mains, base, deux couches de vernis, top coat… 1h rien que mes deux mains. Résultat top, et sourire en prime. J’ai choisi le vernis Essie Lollipops. La prochaine fois je teste le Tangerine.
Et vous, quelles sont vos bonnes adresse de manucure à Paris ?

BEAUTE, Beauté & Futilités, Just me myself and I

545

nail vernis dior
Vernis Dior 545

Futilité de filles pour clore cette semaine post Hyéroise… Week end au soleil oblige, pieds nus, mains maquillées, séances de nail polish entre filles, j’ai dégainé mon 545, un orange corail, légèrement framboise par moment, une tuerie !
Bon week end à tous !

Humeur de mode

Diary

everydaze-motsdemode
Image : Everydaze

Hello hello !

En ce dimanche des plus ensoleillés (!), me voici planquée sous la couette pour vous relater quelques derniers faits et gestes modesques.

LUXE. A moins que ce ne soit GEEK.
Lundi dernier, nous étions invités par Dior et Balistik Art à découvrir le 4eme volet de la saga Lady Dior avec Marion Cotillard, Lady Grey dont l’intrigue se déroule à Londres cette fois-ci, lançant par la même occasion sa nouvelle campagne de publicité. Dior a choisi pour ce nouveau film John Cameron Mitchell, quant au visuel pub, c’est Mert Alas et Marcus Piggott qui l’ont signé.
Si le scénario du film m’a laissée de marbre, j’ai adoré le concept offline to mobile qui a été révélé par Balistik Art. Grâce à l’application iPhone Wimo, vous scannez l’image du visuel pub et… je vous laisse découvrir la suite.
Perso, je trouve cela magique ! Et vous ?

FOODING.
Jeudi soir, Kusmi Tea fêtait sa nouvelle nuit slave au Raspoutine. Un évenement que j’ai finalement du rater (on me dit dans l’oreillette que la piste de danse était en feu !) rattrapée par la raison et par mes rendez-vous du lendemain matin, trop exigeants pour que j’arrive la gueule enfarinée. Avez vous testé le dernier BOOST de Kusmi ? Je vous y invite si ce n’est déja fait. C’est un thé vert, à la fois détox et épicé qui réveille les énergies. Je suis devenue accro et j’ai même converti l’être aimé à cette potion magique.

FOODING.
Encore oui, car je ne peux pas ne pas vous parler du HORROR PICTURE TEA.
Un nouveau salon de thé rock et luxe, initié par Guillaume Sanchez, un jeune patissier talentueux (il a fait ses classes chez Hermé, Ladurée, au Plaza Athénée…) lui même soutenu par Elegangz (une structure de com et d’événement qui soutient également des artistes de tous bords).
Le lieu sera dévoilé mercredi prochain, le 15, au Bistrot du 1er, qui a accepté de se livrer à cette nouvelle expérience, accompagnée de toute une série de live et de concerts de jeunes groupes de rock chaque semaine… Guillaume n’ayant pas peur des défis, il investit le sous-sol du restaurant pour y concevoir un salon de tatouage… C’est concept, je trouve ça chouette.

SHOPPING.
Quelqu’un est il passé à la nouvelle boutique NEW LOOK située en lieu et place de MIM (c’est le même groupe), entre Ledru Rollin et Bastille ?
Ce fut pour moi une énorme déception. L’offre produit est des plus navrantes, tout comme le rayon chaussures situé à l’étage… J’aurai pourtant cru que la sélection y serait plus pointue et plus mode, un peu comme H&M qui propose des boutiques dédiées à ses best sellers ou à Divided.
Si NEW LOOK a besoin de conseils, surtout qu’elle n’hésite pas.

Comme de coutume en décembre, je suis en pleine wish list. Je reviens la partager avec vous très vite !

Je vous quitte avec le film Lady Grey de Dior… Bon Dimanche !

Actu mode, Fashion week & Salons

Spring freshness (Paris fashion week again)

Le soleil a fait quelques apparitions, mais je sens que certaines de nos rédactrices (et de nos blogueurs) ne vont cependant pas pouvoir échapper à la pneumonie. Eh oui, la fashion week appelle au look et débarquer front row en doudoune c’est moche. Un point c’est tout.
Bientôt, on servira des soupes chaudes à l’entrée des défilés…

Premier constat après quelques jours… La fashion week a mis la crise entre parenthèses. On n’est pas non plus revenu au bling bling et au show off  de l’époque (sauf peut etre chez Dior avec Galliano et son neo équestre – copyright Laurent Rojot – qui avait opté pour une bande son r’n’b et un parterre de personnalités venues d’outre atlantique, dont l’actrice Lindsay Lohan qui a déchainé les twitts après s’être fait refusé l’entrée pour cause de retard aggravé) et un défilé avoisinant les 1 million (ou peut être 2… ou 3).
Coté faits marquants : Beth Ditto est l’invitée de marque de la saison, elle est de tous les shows. Carine Roitfeld et toute l’équipe de Vogue ont été blacklistée par Balenciaga. Alexandra Golovanoff est la journaliste de mode la plus souriante que j’ai jamais rencontrée. Sofia Kokosalaki a refusé que les blogueurs soient conviés à son défilé (ah! on me dit dans l’oreillette que Scott et Garance sont entrés in extremis…)

Certaines marques, quand à elles, les plus petites, ne défilent pas ou optent pour une présentation en petit comité : Erotokritos reçoit chez lui, Malandrino expose sa collection dans un salon du Crillon, Paule Ka investit sa propre boutique, tout comme Requiem… Céline défie le circuit Tuileries/Quai Malaquais/Halle Freyssinet et a carrément opté pour la porte de Saint Cloud et son tennis club…

Je vous ai préparé une petite sélection des détails en images qui ont retenu mon attention de ces derniers jours…
Bon dimanche !

Viktorandrolf-show-motsdemode-mars10
Encore des wedges et des wedges…
Roland-mouret-motsdemode-mars10
Le mélange des styles plumetis/rouge/vache/docmartens en total décalage avec le style Mouret (backstage show Roland Mouret)

Roland-Mouret-shoes-motsdemode-mars10
Des chaussures de princesses hollywoodiennes (backstage show Roland Mouret)

Roland-Mouret-Louboutin-motsdemode
la cousine de Roland Mouret aime Louboutin (backstage show Roland Mouret)

Viktorandrolf-show-motsdemode-mars10
Combat de fauves entre deux shows (Show Dior)
Erotokritos-show-motsdemode-mars10
Le legging en maille sera graphique ou ne sera pas (Erotokritos)

Erotokritos-show-2-motsdemode-mars10
Une nouvelle façon de porter la pochette de Papa (show Erotokritos)

Pizza-Jalouse-Lofficiel-motsdemode-mars10
Pizza Jalouse Pink Flamingo offerte à la sortie des shows (Show Erotokritos)

Viktorandrolf-show-tuileries-motsdemode-mars10
Lunettes vintage et maxi écharpe (je veux la même) (Show Viktor & Rolf)

Lagerfeld-CocoRocha-show-motsdemode-mars10
Coco « Barbarella » Rocha (Show Lagerfeld)

IMG_4024
Fourrure, coiffure de lionne et THE RED lips (show Lagerfeld)

Lagerfeld-Freja-Behar-Motsdemode-mars10
Freja Behar, mon caméléon préféré, dont je vous ai déja parlé ici (show Lagerfeld)

Suivez aussi la fashion week avec mon acolyte et partenaire de défilés, Pascal, aka Monsieur « Standing sans invitation », sur Mombetperena.

Fashion week & Salons

I want yellow boots (la mode la mode la mode)

Margiela_Motsdemode_mars10
Margiela, Halle Freyssinet, Paris, Mars 10. ©motsdemode

Vendredi fut une très belle journée de défilés.
Avoir découvert le travail de Roland Mouret fut une belle expérience.
Ce créateur française exilé à Londres est le chouchou des rédactions (Anna Wintour en tête qui était dans la salle), et leur fait honneur avec une collection hyper bien construite, ultra glamour, sexy, bien coupée, désirable, hitchcockienne… Une expérience formidable, moins exceptionnelle question mise en scène avec une série de gros ballons gonflés à bloc suspendus au plafond, et une lumière très dure, rendant quasi impossible la prise de vue de qualité.

Show Dior. Impossible d’y assister mais je n’en ai pas reçu de bons échos, passons. Le show était véritablement à l’extérieur de la tente dressée comme à l’accoutûmée au sein des Tuileries. Défilés de personnalités, de journalistes, de rédactrices connues et moins connues. Ballet de chaussures sur talons de 18, combats de looks, batailles de photographes street style… Certaines personnalités doivent carrément être effrayées par cette meute d’appareils photos devenant carrément hystériques à l’approche d’un détail qui tue (fourrure rose, talon aiguille, Carine Roitfeld, chien gonflable Grazia, pochette assortie aux wedges…)

Vivienne Westwood. Une étonnante présentation de looks aussi excentriques les uns que les autres.
Les filles étaient sublimement maquillées, le mix des matières et des imprimés est totalement improbable, mais le résultat suffit à éclairer le catwalk : des plaids sont réinterprétés en manteaux façons cape ceinturés, des toiles de jouy côtoient des écossais et des léopards, du jaune, du rose, du gris, du bleu, waow les rangers glitters sont remarquables…
Il est clair que la collection ne peut pas laisser indifférent. Je n’aime pas tout. Voire presque rien. Mais j’aime surtout l’énergie qu’elle y a mis, et le nombre de silhouettes qui ont défilé. Et ce parti pris de suivre sa ligne de conduite excentrique, mode, pleine d’humour et d’audace. Le vrai twist à l’anglaise qu’on a pu noter sur le front row avec Beth Ditto en guest et à quelques mètres, l’équipe de Gareth Pugh, dont nous avions appréciés le look il y a deux jours… Et puis il était plutôt chouette ce final collégial, Vivienne en tête de meute, bouquet de fleurs dans les bras, hyper fière.

Margiela_Motsdemode_mars10
Margiela, Halle Freyssinet, Paris, Mars 10. ©motsdemode

Show Margiela. Assurément mon préféré depuis le début de la fashion week parisienne et l’une des plus belles expériences visuelles qu’il m’ait été donné d’avoir. Le show avait lui aussi lieu dans l’un des hangars de la Halle Freyssinet (comme Westwood et Lanvin). Quasi 1000 personnes rassemblées dans ce lieu habité par Margiela (et surtout son équipe désormais aux commandes). La lumière se résumait au rouge des néons chauffants au plafond, les places étaient réparties par grappes de 20 sièges environ (une vingtaine de grappes au total) et la présentation fut faite  pour ainsi dire « à l’ancienne », chaque mannequin défilant de groupe en groupe dans le but de présenter sa silhouette. Un très beau mix d’allures masculines décoincées par des détails chocs : pantalons coté face, jambes nues coté pile, dos décolleté plongeant, mix de légéreté féminine et de flanelle aux accents « boyish », couleurs vives et éclatantes contre gris souris, noirs et bruns., pour finir avec des grosses chapkas géantes en fourrure dont les oreilles descendent jusqu’à la taille des filles…  Malgré la bande son inquiétante, j’ai vraiment adoré ce défilé d’une pure beauté. Je me suis laissée emportée par la collection, des vêtements aux chaussures, j’en suis encore toute étonnée. pour être honnête. Je m’attendais à du convenu, du créateur et de l’espièglerie, certes, mais pas du convenu déconvenu… Je sais c’est pas clair… C’est limite freudien.
Pas de doute, c’est bien l’esprit Margiela qui est aux commandes, et ce, malgré le départ du créateur.

Je suis conquise, vous l’aurez bien compris. Une seule question, et pas des moindres, à mon esprit : quand vais je pouvoir enfin shopper ces bottes jaunes ?

(pardon pour la qualité des images prises depuis mon iphone)

Actu mode, Blogging

The Lady Noir Affair

Un film publicitaire uniquement visible sur le net ? Une première pour Dior ! En effet, la marque de luxe vient de lancer depuis quelques jours la diffusion d’un film dédié à son dernier sac Lady Noir, le Lady Dior redessiné par John Galliano. L’actualité favorise évidemment la comparaison quasi systématique avec le film de Jeunet sur Chanel et incarné par Audrey Tautou. Mais la comparaison s’arrête là, car question qualité et mise en scène, Dior l’emporte sans problème !

Le film fut présenté à quelques happy blogueurs en début de semaine par Dior et l’agence Balistik’Art. Un premier pas vers les blogs couronné de succès. Eh oui, à ma grande surprise, Dior n’avait encore jamais communiqué avec des auteurs de blogs…
Le film d’Olivier Dahan est un bel objet de communication autant dire un investissement risqué – même s’il est maitrisé, c’est Dior, faut pas exagérer ! – mais je salue la marque et son directeur marketing online d’avoir osé mettre en oeuvre une production 100% web.
Dahan a investi la Maison de la Chimie, aux tonalités art déco, pour ce film noir de six minutes vraiment très abouti. J’aime particulièrement son esthétique et son image, sans parler de la musique, présente dès les premières secondes, et des décors à l’atmosphère so hitchcock…

Je vous laisse le découvrir ici.

Image de prévisualisation YouTube