Browsing Tag

Chaussures

jacques demeter-lion-paille-noir-rouge_motsdemode
Portrait de mode, PORTRAITS, Straight to the Point

3 questions à… Jacques & Déméter

Jacques & Déméter est une jolie marque française de souliers rondement menée par un couple de parisiens élégants militant pour le savoir-faire hexagonal.
Nous nous étions rencontrés lors du salon Mess Around et ils ont présentés au début de l’automne leur dernière collection. J’en ai profité pour poser 3 questions à ces  néo chausseurs « french touch ».

Est- ce que ce n’est pas audacieux de nos jours de produire Made In France ou Made in Europe ?
Plus qu’audacieux c’est un vrai challenge ! Le premier obstacle est de trouver des artisans / fabricants. Certaines choses sont tout simplement introuvables dans l’héxagone et parfois il est compliqué de trouver des fabricants qui acceptent de travailler pour une jeune marque (petite quantité, commandes irrégulières, etc.). Il y a, ensuite, le coût de la main d’oeuvre qui est très élevé. Cela à une incidence directe sur le coût de nos chaussures. Comme nous souhaitons conserver des prix publics attractifs c’est un gros challenge de réussir à s’intégrer dans le circuit de distribution.  En revanche, l’avantage c’est que nous sommes a proximité de nos partenaires (quelques heures de train tout au plus) et que nous parlons la même langue !

Qu’est ce qui vous amuse le plus dans votre métier ?
La polyvalence! Nous ne sommes que deux pour assurer l’ensemble de l’activité. Cela signifie qu’un jour nous allons travailler sur de nouveaux modèles (stylisme, sourcing matières et éléments constitutifs), le jour suivant nous allons travailler sur l’aspect de notre site et des fonctionnalités que nous souhaitons y ajouter ou encore réaliser un shooting photos. Nous assurons également la logistique d’expédition de nos commandes et le service clients. Nous touchons donc à à tout et cela est très stimulant car chaque journée est différente de la précédente.

3 adjectifs qui qualifient le style Jacques & Demeter ?
Élégant, créatif et classique. C’est ainsi que nous élaborons nos chaussures. Nous nous appuyons sur des formes classiques, intemporelles. Notre travail consiste ensuite par un jeu de lignes, de découpes et de matières à apporter une touche créative à ses formes, à les revisiter.

BEAUTE, Beauté & Futilités, Humeur de mode

Life is life

Larare Solange motsdemode
Solange, Larare. Image : motsdemode

Mon blog reprend vie.

Pourvu que ça dure… Plein de choses à vous raconter la semaine prochaine, des histoires de bagues de fiançailles (pas la mienne hein !), de nouvelle collab la Redoute avec une créatrice parisienne que j’affectionne (c’est peu dire), de chaussures et de cheveux…

En attendant, une fois n’est pas coutume, je partage avec vous mon plus bel achat de l’année : des compensées Solange signées Larare… Rappelez vous, j’en avais déjà parlé ici… Il faut dire que cette marque de souliers est tout simplement une tuerie, et sa créatrice, Nathalie, absolument charmante et talentueuse. Enthousiaste, je suis ? Bon week-end !

Actu mode, Mode Printemps été 2011

Sabotage

swedish hasbeens

Image : Swedish Hasbeens

Un titre hommage au chouette papier de Marie ici même.
A l’époque, c’était il y a fort longtemps, il y a à peine un an, la question du sabot ne nous avait, en effet, pas laissées indifférentes… Il faut dire que Céline avait assuré sur le design de ses modèles, repris depuis par Minelli… Néanmoins, j’avais voté à l’époque pour un non franc et massif au sabot.

Oui mais voilà, les saisons passent et certaines idées majeures contradictoires font leur chemin.
Il suffit qu’une grande enseigne suédoise se mette en travers de votre route pour mettre en lumière vos travers et en deux temps trois mouvements, vous voila en train de faire quelques glissades vers le dit magasin le plus proche…

… Et puis tout bien réfléchi, non ce n’est pas pour vous. Le sabot ne rend ni la jambe élancée ni la démarche élégante (checkez le point de vue des besnobettes à ce sujet). Ceci dit, on notera l’effort de reconstruction d’image du sabot. Et c’est là tout notre sujet du jour : le lifting du sabot suédois. Passer de la campagne scandinave à la ville, et s’associer à la seule enseigne qui pouvait lui donner du galon modesque, je dis bravo. Belle reconversion sociale ! De pièce ringarde, la chaussure d’Heidi en devient quasi désirable. Eh oui, c’est ça la mode, un beau terrain de mauvaise foi qui vous convertit doucement mais surement vers ce que vous détestiez au plus haut point six mois plus tôt…

« Ah bon j’ai dit que je détestais, t’es sûre ???? Bah écoute c’est bizarre quand même, elles sont confortables, et t’as vu ce rose, avec des chaussettes c’est carrément canooooon ? T’as du mal entendre. J’ai surement dit que c’était pas la saison, un truc comme ça.. »

Et ça c’est moche.

Just me myself and I

De l’usage de la chaussure de fille

Divine Peep toe platforms, Yves Saint Laurent. Image : Net a Porter.

Divine Peep toe platforms, Yves Saint Laurent. Image : Net a Porter.

J’arrive à un âge certain où la sneaker en rendez-vous professionnel fait débat.
Ugly Mely en sait quelquechose, pour l’avoir expérimenté lors de la dernière Fashion Week : la chaussure de fille est devenu un outil de crédibilité indispensable qui fait mal au pieds j’en conviens, tout comme le rouge à lèvres rouge ou le sac de dame.

Eh oui très chers lecteurs, si vous voulez que le boss de la boite Tartampion vous regarde avec un air qui n’est pas celui d’un vieux tonton qui fait les sorties d’école et que Terry arrête de coller du chewing gum sous son siège (spéciale dédicace à Amel), il faut arborer les bons accessoires, ceux qui vous permettent d’être écoutée sans être interrompue, de rentrer à tous les défilés, ou d’accepter une invitation à déjeuner place de la Madeleine sans questions existentielles…

En tête de mon palmarès, le rouge à lèvres d’Armani, devenu mon meilleur ami, et la chaussure de fille. La vraie.

Des chaussures j’en ai plein. Mais mes shoes de compet’, je les compte sur les doigts d’une main. J’ai plutôt une fâcheuse tendance à acheter au kilo du cheap and chic, qui me dure en  moyenne 1 à 6 mois. ROI : zero.

Lors de la dernière Fashion week, j’ai ressorti mes bottines Carvela, dignement inspirées des Saint Laurent (cf photo ci jointe !). Et j’ai aimé.

Platform shoes Carvela. Image : Mo(t)sdemode

Platform shoes Carvela. Image : Mo(t)sdemode

J’ai donc décidé de jeter mon dévolu sur deux paires par an. Un minimum (et c’est tout ce que j’ai réussi à négocier avec mon banquier pour l’instant). Le top 5 qui m’inspire : Louboutin, Zanotti, Chloé, Saint-Laurent et Yurkievich… Mais j’hésite encore.

Premier achat programmé pour avril… Des suggestions ?

Actu mode, Portrait de mode, PORTRAITS

30 minutes, Karine Arabian et moi

Karine-Arabian-motsdemode-1

J’ai eu le plaisir de rencontrer voici quelques semaines, l’une de mes créatrices favorites : Karine Arabian.
Pas ma favorite en mode ni en style. Je dirais plutôt qu’elle est l’une des personnalités du milieu de la mode qui m’inspire le plus par sa générosité, son humilité et sa démarche créative. Et puis, et surtout pour son activisme et ses choix d’indépendance.
Bien que grande fan de ses collections, je n’ai pas encore franchi le pas. Je n’ai ni chaussures ni sac signés Karine Arabian.  Aujourd’hui, comme j’ai très envie d’investir dans de vraies chaussures de filles, elle ferait partie de mon top 5 sans que j’ai à m’inquiéter de la qualité ou de l’intemporel (avec Pierre Hardy, Louboutin, Yves Saint Laurent et Yurkievich).

J’ai attentivement suivi son parcours depuis ses débuts, l’ouverture de sa boutique parisienne, puis de ses corners en grands magasins, et son exposition à l’Institut Mode Méditerranée en 2007. Puis je n’ai presque plus entendu de mots, ni lu d’articles à son sujet…
… Jusqu’à ce début d’année.

Karine Arabian fête les 10 ans de sa maison.
Est arrivée à ses côtés, Hélène Voinnet, ex-Loewe, aujourd’hui en charge de sa communication. Karine va célébrer cet anniversaire en organisant notamment des événements pour ses clientes (en grand magasin), et puis en inaugurant un nouveau point de vente en Chine, lui apportant ainsi de nouvelles perspectives de développement.

Karine-Arabian-motsdemode-2

En 2000, elle se lance dans l’aventure sans rien y connaitre. « Je me suis fait littéralement bouffée par la chaussure » explique t-elle. Une passion dévorante.
Karine Arabian arrive à un moment où la fabrication française est en plein déclin : « Je demandais de l’atypique, des chaussures à bout rond, au moment où la mode était au pointu, j’étais une extra terrestre aux yeux des fabricants ».
Elle choisit de créer son propre atelier, et mesure alors la complexité de ce marché bien particulier.
« Aujourd’hui, j’ai toujours mon atelier et je collabore avec deux usines en Espagne et au Portugal avec lesquelles nous avons construit une relation de confiance. »

Karine est une créatrice d’accessoires – aujourd’hui, elle dessine et distribue des chaussures, de la maroquinerie et des bijoux – à la fois passionnée et très lucide.
« Je ne peux pas me battre contre de grandes maisons dont les équipes sont uniquement dédiées à la chaussures ou à l’accessoire ». En revanche, j’ai la chance d’avoir tissé des liens forts avec mes clientes, un lien très privilégié de femme à femme. »

Karine-Arabian-motsdemode-3

L’été 2010 selon Karine Arabian sera Riviera / années 50 : élégant, sexy, chic, parisien. Ou alors « hôtesse de l’air » / « seventies » : des formes sabots, du cuir brut, du serpent, de la couleur… La maroquinerie quant à elle est fortement inspirée du vintage, les lignes sont graphiques et les couleurs vives (rouge, vert, blanc) côtoient les bons vieux classiques (noir, brun). J’aime particulièrement les fermoirs métalliques qui me rappellent les coffres à bijoux que j’avais lorsque j’étais gamine…

Pour le magazine buybuy, j’ai dressé son portrait et lui ai demandé de nous confier ses spots parisiens favoris. Je vous invite à le découvrir ici.

Très belle journée !

Karine Arabian.
4 rue Papillon, Paris 9ème.
site

Actu mode

Larare à vos pieds

bdinandoutlegs(2)

Quand Miss Glitzy m’a parlé d’elle, et que j’ai pu découvrir ses créations, j’ai manqué de défaillir !
J’ai pour ainsi dire une véritable obsession pour les chaussures ces temps ci. Le problème ? Mon budget. Je m’achète finalement toute une collection de modèle bas de gamme pour le prix d’une bonne paire, et je songe sérieusement à réviser ma stratégie, d’autant que la médiocre qualité de celles que j’ai choisies risquent de bientôt faire le bonheur de mon podo.

Si bien que baver légérement sur les collections de Nathalie Elharrar m’ont permis d’entamer ma désintox et me font sérieusement réfléchir à passer du côté obscur de la godasse de compét’.

Larare (c’est la marque de Nathalie) c’est une collection de chaussures fabuleuses. Ultra féminines (même si certaines d’entre elles sont un peu trop Barbarella à mon goût), elles symbolisent parfaitement selon moi l’élégance et le glamour sur pied (car vous n’allez pas me dire qu’on est glam en baskets, hein on a essayé mais non, tous les hommes – et les femmes – vous le diront).
Si Nathalie aiment à s’inspirer des images d’Helmut Newton et des codes fétichistes, dans sa dernière collection, elle s’assagit et fait place à des modèles aux détails plus naïfs : motifs d’ailes de papillon ou d’algues, rubans, cuir tressé…

Je vous laisse découvrir quelques pièces qui m’ont séduites.


MissGlitzy recently talked to me about those shoes of dreams i felt in love with. Shoesing is an obsession right now, how can you imagine i spend money in some couple of pairs, i could save for beautiful designers ones. Maybe i should think about changing my mind…
Nathalie Elharrar collections of shoes are absolutely beautiful. Larare (the brand name) is a mix of Barbarella (not my style i must say), and means elegance and glamour to me (please confirm : are we stylish in sneakers ? No, of course, everybody is right with this).
Nathalie loves Helmut Newton pictures, fetichism but designed more sweet and not aggressive shoes for her last collections made with butterflies wings, ribbons and leather…
Let me introduce you to some of them…

Bijou bois
Bijou Bois

Imelda1
Imelda

Sweetbabe1
SweetBabe

Lady Tiger1
Lady Tiger

Les collections Larare sont en vente aux Galeries Lafayette, et chez Glitter à Lyon.
Alors qui va céder à la tentation ?

Larare collection of shoes are available at Galeries Lafayette and Glitter shoe store, in Lyon.
Will you be strong enough to resist ?

Actu mode

Devastee à nos pieds

Dévastée

Ophélie Klere et François Alaré, du duo Devastée, vont mettre toutes les modeuses à leurs pieds. Ouarf, mauvais jeu de mot pour annoncer une si belle collection de chaussures dès la prochaine saison, et qui va donc venir compléter leur univers à la fois plein d’humour noir et de cynisme et dont le style reste malgré tout très sage et ultra portable je trouve.
Des pièces portables aux détails bien travaillés. De petits bijoux à s’offrir dès le printemps…

Petite sélection…

Devastee est en vente sur le site de Marie : ModeTrotter

Blogging, Just me myself and I

Concours !!! pa pa pa pa pa paaaaa…

Ca y’est les rayons du soleil sont en train de laisser place au froid glacial… Il est temps de chausser nos secondes peaux mesdemoiselles !

C’est donc de collants dont nous discuterons aujourd’hui, car Dim (ça y est vous venez de comprendre pour le pa pa pa pa pa paaaaaaa…) m’a proposé de tester les derniers Dim Body Touch et de vous en faire gagner 10 paires.

J’avais donc décidé de m’amuser un peu en mettant mes collants au défi d’une journée d’hystérique parisienne avec au programme : rendez-vous client, shopping, bottes, re-shopping, et combishort !

IMG_1757

6h du mat.
Réveil en fanfare. Il fait froid, ça tombe bien, j’ai décidé de tester ma paire de Dim Body Touch. Elle me regarde effrayée : je ne suis pas du matin et pourtant… Mes collants viennent de piger que la journée qu’ils vont passer ne sera pas de tout repos… C’est peu dire !

7h34. J’enfile mes collants comme à mon habitude : sans y mettre la  délicatesse qui s’impose. Précautionneuse ne fait pas partie de mes  trois premières qualités sur mon cv de modasse. J’aurais plutôt  tendance à tirer dessus comme une malade. Tiens, ils surmontent le choc…  Et la ceinture ne marque pas ma taille comme la plupart de ceux qui dorment  dans mes tiroirs… J’attends de voir.

8h30. Je quitte la maison et je file sur mon vélo. Mes collants commencent à  comprendre leur malheur : c’est partiiiii !

9h. Une pause latte écrémé s’impose avant mon rendez-vous. J’hésite – pas  longtemps – à choisir les fauteuils molletonnés en laine qui piquent… Pas de  peluches ni de gratouilles… Bizarre, bizarre pour un 20 deniers. Là, je  commence à m’interroger sévère.

IMG_1776

9h45. Je me mets au boulot et j’en profite pour tester le confort et la résistance de mes nouveaux amis. Un peu speed, je cours partout, on rejoue « The September issue » dans l’open space… Contre toute attente, ils tiennent le choc (réunionite aigue, lancé de portable, essayages de robes taille 34 – je fais du 38 – montée des marches, 5ème café de la matinée…). Et là j’avoue c’est l’épat’ du côté des collègues : ils ont carrément du mal a y croire… Ils sont toujours nickels (pas mes collègues, mes collants…).

IMG_1800
IMG_1804
Oui il m’arrive souvent de grimper sur mon bureau pour les brainstormings…


13h30. Comme je vis dangereusement,
je reprends mon vélo direction le Marais pour une séance shopping. Mon engin à deux roues est tout miteux mais mon collant s’en sort grave. Pas une égratignure. Respect.

14h. Face to face avec un opaque 100d à une terrasse de café… Mes Dim Body Touch tirent la tronche, mais dès que les rayons du soleil apparaissent, ils retrouvent le moral ! Ma peau respire, celle de ma camarade en revanche…

IMG_1849
Après le pilates, le shoppilates…

15h. Je tente une virée dans deux boutiques avant de retourner au bureau. Je multiplie les essayages dans l’une et l’autre. Je les retire et les remets. Et les retire. Et les remets. Ca vire à la séance d’aérobic. Ils sont définitivement à la hauteur. Je commence à les apprécier… Au point, une fois revenue, de ne plus y penser, enfermée en salle de réunion jusqu’à 19h passés…

19h30. Enfin libérée. Je rentre. Et mes collants ? Impecs. Du coup, le lendemain, le dress-code c’était petite robe noire et gladiator aux pieds.

Alors à votre tour d’en profiter : vous cliquez ici. Les 10 premières lectrices qui s’inscriront sur le site avec le password motsdemode recevront une paire de Dim Body Touch chez elles.  Comme ça vous me direz ce que vous en pensez…

Bises mes jolies !

Remerciements : la boutique Kolector et la boutique Set In Black, à Paris.

Article sponsorisé

Invitations de modeuse, Mode Soldes et Bons plans

2,3,4,5,6,7,8 and…

…chaussez vos talons de 8 les filles !

Du sport haut perché ? Si c’est une blague ??? Pas du tout.

J’y ai bien cru comme vous, mais quand j’ai lu l’info, j’ai su que ce n’etait point du pipo.
Et comme je disais ici même il y a encore quelques semaines, que la mode manquait un peu d’humour ces temps ci, je me suis dit qu’une bonne séance de rigolade à faire la course en relais 3X50 mètres pour gagner ton poids (ou presque) en chaussures, ça valait la peine que je vous en parle dans ces quelques mots.

Sarenza, le site de vente de chaussures organise une compét’ de courses en escarpins le 21 novembre prochain à Paris, où vous pouvez participer, en compagnie de deux de vos copines. Il suffit de s’inscrire sur le site et si vous faites partie des sélectionnées (32 équipes de 3 coureuses), vous pourrez concourir et peut être gagner 3000€ de chaussures offerts à l’équipe lauréate. Le championnat sera suivi d’une after sprint, où toutes les participantes pourront à nouveau exercer leurs talents de fashion addicts puisqu’il est question d’y récompenser les meilleurs looks de la soirée.

Bref, je suis fan de cette idée. Je trouve que là pour une fois, une marque se donne du mal pour réunir des filles et des modeuses dans un cadre plutot chouette et rempli d’humour (j’ose imaginer les photos debrief des relais sur talons de 8, un grand moment pour certaines d’entre nous).  Ca aurait été dommage de ne pas vous en faire part ???

Pour le reste des détails, je vous invite à visiter le site de Sarenza, (les inscriptions sont ouvertes et courenthohoho – jusqu’au 11 novembre).

Petite précision (au cas où vous me poseriez la question) : ceci n’est pas un billet sponsorisé. C’est juste un billet bon plan cadeau, avec de l’humour et des chaussures à l’intérieur… Enjoy it !