Browsing Tag

Celine

2014_07_style_perfect_grey_sweat_andotherstories
Fetiche silhouette, Must Have, STYLE, Trending

Le sweat parfait

Dans ma quête des vêtements basiques à prix raisonnables et du dressing parfait, il y a : la chemise blanche facile à porter mais surtout facile à reporter (sans repassage quoi), le pantalon carotte en cuir bien coupé, la sneakers blanche (pour l’instant mes Stan Smith de bobo #commetoutlemonde me mettent à l’aise et je dois dire que je les adore #shameshameshame), le jean de  mum » (celui la je viens de la choper sur Topshop, mais compte tenu de la météo, j’y reviendrai ultérieurement hein), le bon blazer, la jupe léopard (difficile de trouver un imprimé vraiment parfait et qui fasse pas pute – oups c’est dit !) et il y a aussi le sweat basique. Pas de message, pas de fioriture, ni de surpiqure, ni de renfort aux manches, et surtout pas loose… Le bon sweat bien coupé, classique, qui se tient, qui est beau, que je pourrai mettre au boulot avec mon short en cuir, ma robe en laine, mes bijoux de famille.

2014_07_style_perfect_grey_sweat_andotherstories_recto
LE Sweat gris anthracite, & Other Stories, Automne Hiver 2014

Eh bien ce sweat tant désiré, cherché, rêvé, je viens de le trouver. Oui Madame ! Et pas chez Margiela, ni chez Céline. Non je l’ai trouvé et il est chez & Other Stories. Ouais. Il est gris anthracite, le gris qui habille la silhouette et se distingue du gris « university of Maine » qu’on en a marre de voir, il a le bon col ni trop ni pas assez, qui se maintient mais qui ne serre pas la gorge, et aussi le bon fitting pas mec mais pas trop meuf non plus. Il a la bonne longueur juste au milieu des fesses voire légèrement en dessous, et surtout surtout surtout la bonne matière, pas celle d’American Apparel un poil trop souple, pas le néoprène de chez Jil Sander, pas le fruit of the loom de mes 15 ans, non le bon sweat en jersey lourd et gris. A l’heure où je vous parle, il fait 32° dans ma chambre, je sue dès que je bouge le petit doigt, mon ordi a mis le ventilo, mais ce sweat, je peux vous dire que si je l’avais sous la main là maintenant tout de suite, je dormirais avec. Ouais. La mode.

Actu mode, Marketing et Storytelling

La Contrie ou l’art du récit…

J’ai découvert la Contrie il y a quelques mois… Au départ, j’étais pleine d’à priori : une marque parisienne, certainement un peu vieillotte et un brin trop classique et bourgeoise pour moi. Mais j’étais intriguée par la qualité des images, le choix des produits (plutôt de bons basiques minimalistes que des sacs de grand mères), la signature du site web… Une marque absolument artisanal, et made in Paris. Edwina collabore avec deux maroquiniers dans son atelier de la rue Sourdière, on est sur une approche ultra qualitative et un savoir-faire au top !
Toutes les marques de luxe et de mode veulent se différencier en proposant des scénarios à leurs clients, des histoires à raconter : Burberry et son trench, Hermès et ses carrés, Vuitton et ses journées particulières… La Contrie joue avec les codes qui rassurent (des valeurs sûres, des lignes sans excentricités) et à la fois, elle travaille son image et son storytelling en créant un récit d’images et de mots autour de sa marque. Edwina de la Contrie a donc créé un lexique dédié au vocabulaire de sa maroquinerie. Elle a également lancé un tumblr qui mixe des images de sa collection et ses sources d’inspiration. Last but not the least, elle a donné à ses sacs le nom des rues du 1er arrondissement… Voici typiquement une marque qui sait se rendre désirable à mes yeux, pas seulement pour ses produits, mais pour son marketing du récit…

Culture mode

Et j’ai ri…


Carven, Hiver 2011. Image : Max Farago

Dès le mois d’août, je me délecte des nouvelles campagnes publicitaires… A chaque numéro de septembre, ses nouvelles images, ses ambassadrices, ses tunnels de publicité, ses 4ème de couverture, ses surprises…
En feuilletant le nouveau Jalouse (dont Michel Mallard vient de reprendre la direction de création, good news !), on retrouve Freja – réputée pour son profil caméléon – égérie de la nouvelle saison Isabel Marant (la marque poursuit sa quête de reconnaissance outre atlantique). Mention spéciale à la nouvelle campagne Hermès, au parti pris flamboyant (le thème de la collection est Chaleur et Artisanat), qui contraste avec l’ensemble des visuels de cet hiver. Au global, dans le Jalouse, les marques sont plutôt junior… Du coup, je me demande si je suis encore dans la cible du magazine (qui je vous l’accorde, est très orientée microcosme hype parisien).
Dans le Madame Figaro Spécial Mode, c’est évidemment l’occasion rêvée pour les marques de luxe de dévoiler leur nouvelle campagne : Gucci, Bottega Veneta, Vuitton, Chanel, Céline, Prada, Chloé ouvrent le tunnel du magazine. Les bases sont posées.
Avez vous jeté un oeil à la campagne Vuitton ? Shootée par Steven Meisel, Marc Jacobs quitte l’univers Mad Men et emmène ses nouvelles égéries – Daphne Groenveld et Zuzanna Bijoch – dans un univers mixant les codes antagonistes d’une mode tout à la fois néo bourgeoise, militaire et impertinente. Difficile à suivre certes, mais l’histoire fonctionne.
Coup de coeur pour la campagne Carven (celle illustrant le manteau militaire qui me fait totalement craquer, tout comme les mocassins compensés signés Clergerie) signée de l’excellent Max Farago (W, Elle Us, Dazed & Confused). Dans cette posture, la parisienne de Guillaume Henry incarne à la perfection les codes de la maison : simplicité, élégance, modernité, abordable.
Et maintenant, direction les boutiques…

Actu mode, Fashion week & Salons

Red St(y)letto

fashionweek-paris-motsdemode-red-jacket
Cette beauté en blouson rouge a un faux air d’Elodie Navarre, non ?

Alors que la fashion week parisienne vient de s’achever, avec son lot d’anecdotes balenciagesques ou chaneliennes, je vous propose quelques clichés shootés ces derniers jours. Je vais presque regretter que tout cela se termine, je finissais presque par aimer rester dans le froid glacial des Tuileries pour découvrir tous ces looks, toutes ces silhouettes sur les podiums et cette ambiance un peu électrique et totalement superficielle…

roland-mouret-motdemode-paris-fashion-week-mars10
Roland Mouret

maxime-simoens-motsdemode-paris-fashion-week-mars10
Maxime Simoens

Chanel-show-motsdemode-paris-fashion-week-mars10
Chanel Show

coco-rocha-motsdemode-paris-fashion-week-mars10
THE Red lips by Coco Rocha

erotokritos-motsdemode-paris-fashion-week-mars10
Erotokritos

Chanel-show-motsdemode-paris-fashion-week-mars10
Chanel Show

Narciso-Rodriguez-paris-fashion-week-motsdemode-mars10
Narciso Rodriguez

Chloe-show-chanel-mademoiselle-agnes-motsdemode-paris-fashion-week-mars10
Mademoiselle Agnès et son Red Chanel bag, Show Chloé

J’ai hâte de vous reparler, mais pas tout de suite hein, du défilé Chloé où le pantone « caffe latte » était de rigueur : du camel, du camel et du camel en folie, et puis un peu de noir, un peu de rouge, et du camel et encore du camel sur des filles gaulées comme Farrah Fawcett à l’époque de Drôles de Dames, vous voyez ?! L’une des plus belles collections de la prochaine saison pour moi. Et puis aussi le petit prodige Simoens, les robes de Narciso Rodriguez, Celine selon Phoebe Philo, l’exposition Saint Laurent… Bref, tout plein de posts à venir… En attendant, c’est Kusmi tea detox et ginseng en cure !

A très vite !

Actu mode

Phoebe Philo chez Celine

La rentrée rime régulièrement avec mercato de la mode. Ca s’en va, ca revient c’est fait de tout petits riens… Et de rencontres marques/créateurs singulières ou inattendues.

Inattendue pour moi la rencontre entre Céline et Phoebe Philo.
Si Céline avait amorcé un virage créatif plutôt réussi depuis quelques saisons, je m’interroge sur la reprise de la direction artistique par Phoebe Philo, qui m’a laissée des marques indélébiles et de très bons souvenirs chez Chloé, et que j’ai du mal à imaginer chez cette marque plus statutaire et plus couture aussi, avec ce je ne sais quoi d’austère que j’ai du mal à associer à une Phoebe Philo aérienne, libre, moderne et qui avait repris avec brio le style de Chloé à une époque où tout le mode croyait que seul Stella Mc Cartney était le génie capable d’en assurer le succès.

Ivana Omazic aurait été remerciée, après trois ans, pour ses bons et loyaux et services et son travail sur la modernisation de la marque… Sympa, non ? Aaaah le business de la mode…

Découverte des premières collections dans quelques mois donc, puisqu’elle démarre sa collaboration en octobre prochain …