Shalimar réinventé

Shalimar_guerlain_campagne_2013_550

Guerlain est une marque chantier. Toujours en travaux, éternelle insatisfaite.

La marque a décidé de rajeunir… tout en conservant ses valeurs et son histoire. Hier le maquillage et une nouvelle plateforme digitale dédiée, hier encore “La petite robe noire” véritable événement pour la marque qui relançait un parfum oublié. Aujourd’hui, place à Shalimar.


Shalimar, hier incarnée par Natalia Vodianova shootée par Paolo Roversi. Cinq ans plus tard, fidèle à son ambassadrice, la marque réinvente l’imaginaire Guerlain sous les yeux de Bruno Aveillan dont l’univers  fantasmagorique et inspiré du voyage a précédemment séduit Cartier, Louis Vuitton, Samsung, Audi, Hugo Boss, Shangri-la, Peugeot. Bref, l’homme maitrise le storytelling inexpliqué, les histoires sans paroles, les contes croppés en films courts des campagnes publicitaires majestueuses. Son terrain c’est le film d’émotions. Pour Shalimar, Aveillan raconte en deux versions (une longue de 3mn et une très longue de près de 6mn) la légende du Taj Mahal et celle de l’histoire d’amour d’un empereur moghol et de son épouse (incarnée par Natalia Vodianova, habillée par Yiqing Yin). La technique est irréprochable, l’image infiniment belle, le cadre à couper le souffle. Moi qui suis insensible à la beauté de Natalia Vodianova, je dois admettre qu’elle y est perturbante, délicate, inspirante. Une campagne “produit” zéro défaut pour ainsi dire, qui sera relayée dès mercredi en TV et sur le web et ses réseaux sociaux, un canal stratégique majeur pour la marque

Quel objectif pour Guerlain ? Donner une autre stature au parfum. Réveiller cette douce endormie, ce “parfum de mamie” pour rajeunir son image, son public, sa cliente. Le parfum lui n’a pas changé depuis 1925…

YouTube Preview Image

0

3 Comments

Laisser un commentaire