louis_vuitton_marc_jacobs__artsdecoratifs_motsdemode_
Culture mode, Marketing et Storytelling

Louis Vuitton Marc Jacobs

 

Il m’ en a fallu du temps pour partir découvrir cette exposition Louis Vuitton Marc Jacobs. Je ne sais pas ce que j’attendais. Une rétrospective du travail de Marc Jacobs, saupoudrée d’histoire de la marque, un parcours d’hier à aujourd’hui, une vision transversale du travail de Jacobs sur Vuitton… L’exposition c’est un peu tout cela, et à la fois rien de si subtil…


En réalité, l’exposition sur deux étages est étonnamment premier degré : le 1er étage est consacré à Louis Vuitton et à la marque à ses débuts, le 2ème étage est consacré à Marc Jacobs et sa mode la plus iconique.
Entre les deux ? Pas de transition. On passe brut d’un espace à l’autre, sans explication. Certes l’exposition veut mettre en parallèle ces deux créateurs qui ont marqué leur époque, mais rien n’explique leur lien si ce n’est quelques lignes en fin de parcours.
J’ai été plutôt déçue par l’étage consacré à Vuitton qui n’est ni plus ni moins qu’une exposition « corporate » de malles de voyage sans scénographie ni storytelling. La pauvreté du contenu et le manque d’investissement en font un étage plus qu’ennuyeux.

L’étage consacré à Marc Jacobs est quant à lui très inspirant. Entre le cabinet de curiosités et le show.
On fait face au cerveau de Marc Jacobs illustré en images. Tout son processus créatif et ses inspirations sont retranscrites sur un mur de sons, d’images et de vidéos dynamiques. Je vous passe le mur de maroquinerie flashy (une quinzaine de pièces encastrées les unes à coté des autres) qui me fait penser à du Dior et que j’ai trouvé sans intérêt, si ce n’est celui de démontrer que la clientèle asiatique, arabe et américaine est plus que jamais dans la cible désormais.

En revanche, la scénographie des tableaux de mode mise en scène pour exposer le travail de Marc Jacobs est un très joli travail. Comme je l’exprime plus haut, on n’est plus dans l’exposition, on est dans le show. On y découvre un court résumé de son travail sur la mode femme pour la maison Vuitton dont il est le directeur artistique depuis 1997 (!), son parcours et l’évolution de l’image de la maison, ses collaborations avec Sprouse ou Murakami, sa vision de la femme – une femme singulière toute à la fois, glamour, clinquante, fétichiste et soumise (les positions de certains mannequins sont sans équivoque).

Pour conclure, je dirais que malgré une exposition un peu trop « sponsorisée », approcher l’univers et les créations de Marc Jacobs vaut le déplacement. Choisissez un jour où il fait beau et jouez les touristes d’un jour en allant, avant ou après l’exposition, déjeuner face à la pyramide du Louvre. Et vous comprendrez peut-être pourquoi Marc Jacobs aurait tellement aimé être né à Paris…

 

Jusqu’au 16 septembre 2012
Musée de la mode et du Textile, Arts Décoratifs

107 rue de Rivoli, 75001 Paris
M° Palais-Royal, Pyramides ou Tuileries
Horaires d’ouverture : du mardi au dimanche de 11h à 18h, nocturne le jeudi jusqu’à 21h. Fermé le lundi.

0
Previous Post Next Post

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply drawmeacat 21/09/2012 at 21:30

    Hello! J’y ai également consacré un article sur mon blog !
    Je suis assez d’accord avec toi, un peu pauvre.

  • Reply Celine mise tout sur (Di)Dion – mots de mode, blog mode, beauté, lifestyle 12/01/2015 at 21:37

    […] Elle a été photographiée pour l’occasion par Juergen Teller, ex photographe chouchou de Marc Jacobs et qui s’était fait remercié par l’ex DA de Vuitton après avoir refusé de […]

  • Leave a Reply