Actu mode, Marketing et Storytelling

La Contrie ou l’art du récit…

J’ai découvert la Contrie il y a quelques mois… Au départ, j’étais pleine d’à priori : une marque parisienne, certainement un peu vieillotte et un brin trop classique et bourgeoise pour moi. Mais j’étais intriguée par la qualité des images, le choix des produits (plutôt de bons basiques minimalistes que des sacs de grand mères), la signature du site web… Une marque absolument artisanal, et made in Paris. Edwina collabore avec deux maroquiniers dans son atelier de la rue Sourdière, on est sur une approche ultra qualitative et un savoir-faire au top !
Toutes les marques de luxe et de mode veulent se différencier en proposant des scénarios à leurs clients, des histoires à raconter : Burberry et son trench, Hermès et ses carrés, Vuitton et ses journées particulières… La Contrie joue avec les codes qui rassurent (des valeurs sûres, des lignes sans excentricités) et à la fois, elle travaille son image et son storytelling en créant un récit d’images et de mots autour de sa marque. Edwina de la Contrie a donc créé un lexique dédié au vocabulaire de sa maroquinerie. Elle a également lancé un tumblr qui mixe des images de sa collection et ses sources d’inspiration. Last but not the least, elle a donné à ses sacs le nom des rues du 1er arrondissement… Voici typiquement une marque qui sait se rendre désirable à mes yeux, pas seulement pour ses produits, mais pour son marketing du récit…

0
Previous Post Next Post

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Nine Trendy 24/10/2011 at 08:23

    Exact. Très belles coupes et matières. Pour moi ça reste plus avantageux qu’un Burberry car plus confidentiel aussi.

  • Reply mimioui 15/01/2012 at 21:27

    je découvre la contrie grâce au post d’isabelle http://www.accrodelamode.com/index.php?post/2012/01/13/La-manière-de-s-assoir qui présente de façon si jolie le non moins ravissant Rohan.
    j’adhère à vos propos sur la démarche qualitative doublée d’un savoir-faire à l’extrême, j’ai déjà envie d’aller flâner du côté de la rue de la sourdière

  • Leave a Reply